•  

     



     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    cadre noir

     

     

     

     

     

     

      

     

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

     



     

     

     

     

     

     

     

     

     

    cadre noir

      

     

     

     

     

     

    Partager cet article :

    >


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     


    SCULPTURES DE VERRE

     

     

     

    SCULPTURES DE VERRE

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    SCULPTURES DE VERRE

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

        DALE CHILULI EST NE EN 1941 à TacomA

    Washington

    ETAT S-UNIS

     Artiste et maître

     verrier américain

     

     

    Russel décide de lui consacrer

    une grande part du

    Musée de Tacoma

     

    album

    https://skydrive.live.com/?cid=db5834c91b8e6aee#cid=

    DB5834C91B8E6AEE&id

    =DB5834C91B8E6AEE%214034

     

     

     

     

     

     

     

     

    cadre noir

      

     

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  


    GALERIE VIRTUELLE DU PEINTRE

     

    http://www.20th.ch/galerie.htm

     

    https://onedrive.live.com/?id=DB5834C91B8E6AEE!501&cid=DB5834C91B8E6AEE

     

    cadre noir

     

    B

     

     

    cadre noir

     

     

     

    cadre noir

     

     

     

    cadre noir

     

     

     

     

    cadre noir

     

     

     

     

    cadre noir

     

     

     

    cadre noir

     

     

    cadre noir

     

    cadre noir


     

     

     

     

     

    cadre noir

     

     

    cadre noir

     

     

     

    cadre noir

     

     

     

    cadre noir

     

     

    cadre noir

     

     

     

     

    cadre noir

      

     

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    cadre noir

      

     

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

     

     image: http://www.consostatic.com/wp-content/uploads/2013/03/eucalyptus-arc-en-ciel-arbre.jpg

    eucalyptus-rainbow

     

    Il ne s’agit ni d’une oeuvre d’art, ni d’un acte de vandalisme : l’Eucalyptus Arc-en-Ciel, Eucalyptus Deglupta arbore de manière tout à fait naturelle ces jolies couleurs
    En savoir plus sur http://www.consoglobe.com/top-5-arbres-plus-originaux-planete-cg#Y4IR7JfpZX20IYjd.99

    image: http://www.consostatic.com/wp-content/uploads/2013/03/eucalyptus-arc-en-ciel-arbre.jpg

    eucalyptus-arc-en-ciel-arbre

     

    Ces nuances colorées sont dues au fait que le Deglupta perd en permanence son écorce. Celle-ci se détache pour créer des motifs qui changent de couleur avec le temps. Ils passent ainsi du vert pâle au bleu, violet puis orange et enfin marron.
    En savoir plus sur http://www.consoglobe.com/top-5-arbres-plus-orig


    R7JfpZX

    eucalyptys-arc-en-ciel-2B

     

     

     

     

     

     

    cadre noir

      

     

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    IMAGES

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    IMAGES

     

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

     

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    IMAGES

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

     

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

      

     

     

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

      

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

      

      

     

     

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

     

     

      

    Les autres

    Moi, moi quand j' étais petit, j' avais mal

    c' était l'état de mon esprit, je suis né malade

    sur l'echelle de Richter de la misère, malade ça vaut bien 6

    quelques degrés en dessous de là où c'est gradué
    fou

    J' étais voleur et avant d' aller voler, je priais

    je demandais à Dieu de ne pas me faire attraper

    je lui demandais que la pêche soit bonne

    qu' à la fin de la journée, le liquide déborde de mes poches

    bien souvent, j' ai failli me noyer, j' ai été à sec aussi, souvent ...

    quand je croisais papa, le matin, aller travailler avec sa 102 bleue

    en rentrant, le matin, de soirée, j' me disais "c'est un bonhomme mon vieux"
    ensuite, j' me faufilais dans mes couvertures et j' dormais toute la journée
    le style vampire dormir la journée et rôder une fois le soleil couché

    le genre de prédateur à l'envers, le genre qui à la vue d'un poulet meurt de peur

    je ne me suis jamais fait prendre, et si j' avais été pris, aux keufs, j'aurais dit....

    Les autres, les autres, c'est pas moi c'est les autres....

    J'étais beau-parleur et je souriais aux filles en jean's avec de grosses ceintures

    celles qui aiment bien l' odeur que degagent les gars

    qui ont la réputation d'être des ordures

    le genre à jurer sur la vie de sa mère dès qu'il ouvre la bouche

    rêve de BMW pour asseoir à la place du mort celle qui couche

    dans mon monde, un mec comme moi, c'est le top

    j'aurais été une fille, on m'aurait traité de salope

    quand je croisais ma soeur avec ses copines dans le quartier

    moi, qui allait en soirée, j' lui disais "rentre à la baraque ! va faire à
    bouffer !"

    ensuite, j'allais rejoindre mes copines, celles qui me faisaient bien délirer
    celles qui, comme moi, avaient un pére, une mère

    peut-être bien des frères et soeurs qui sait ...

    mais moi, du genre beau parleur à l'endroit, sans foi ni loi

    mais c'était pas moi le chien, mais ...

    Les autres, les autres, c'est pas moi c'est les autres....

    Et puis du jour au lendemain, j'ai viré prêcheur

    promettant des flammes aux pêcheurs et des femmes aux bons adorateurs

    comme si Dieu avait besoin de ça pour mériter qu'on l'aime

    mais moi, moi pour que les autres m'aiment, moi

    moi, j'en ai dit des choses pas belles et j'en ai accepté aussi

    on m'a dit "t' es noir, tu veux te marier avec elle, mais t' es noir...."

    les autres y disaient comme ça, qu'elle était trop bien pour moi *

    donc moi, moi j'faisais de la peine à voir

    moi, j'continuais ma parodie, mon escroquerie spirituelle

    sauf que, j'me carottais moi-même, j'étais devenu un mensonge sur pattes

    qui saoule grave et qui sait même pas ce qu'il dit

    qui voit même pas que c'est un malade et qui dit comme ça
    tout le temps y dit comme ça....

    Les autres, les autres, c'est pas moi c'est les autres....

    Et je vous dis monsieur, je vous dis monsieur *,

    quand je pense à tout ça, je pleure

    Abd Al Malik

     

     

     

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

     

     

    C’est moi,

    la pluie qui vous parle.

     

    *****

    Bonjour, c'est moi, la pluie.

    Je voudrais répliquer à la campagne de dénigrement

    Que vous menez à mon égard.

    Je sais que vous me détestez depuis toujours,

    Et l’été encore plus que jamais.

    Ben savez-vous quoi?

    Je suis encore plus tannée

    De vous autres que vous êtes tannés de moi!

    C'est fort.

    Ça fait plus de 400 ans que j'endure,

    Aujourd’hui, je déborde!

     

    *****
    Je ne suis plus capable de vous entendre

    Vous plaindre de moi:

    «Ah! Pas encore de la pluie! Maudite pluie!

    Y fait pas beau!»

    C'est quoi, ça, il ne fait pas beau?

    C'est tout à fait subjectif.

    Pourquoi le soleil, c'est du beau temps,

    Et la pluie du mauvais temps?

    Vous irez en Éthiopie, au 100e jour de sécheresse,

    Voir s'ils trouvent qu'il fait beau.

    Laissez-moi vous dire que, lorsque j'arrive là-bas,

    C’est moi, le beau temps. 


    *****
    Pourquoi êtes-vous en adoration devant le soleil?

    Le soleil vous brûle,

    Vous donne le cancer et vous tue.

    Vous êtes absurdes.

    Vous vous déshabillez quand il fait soleil

    Et vous vous habillez quand il pleut!

    Gros quotients!

    C'est le contraire qu'il faut faire.

    *****

    Le soleil, c'est du feu.

    La pluie, c'est de l'eau.

    Vous habillez-vous pour prendre votre douche?

    Votre peau aime l'eau.

    Votre peau haït le feu.

    Vivez en harmonie avec votre corps.

    Quand il pleut, au lieu de vous couvrir

    Et de vous réfugier dans la maison,

    Enfilez votre maillot et venez dehors.

    Pas besoin de crème et d'indice de protection.

    Vous n'êtes jamais autant en sécurité dehors

    Que lorsqu'il pleut.

    Bien sûr,

    Un éclair peut venir vous chatouiller un peu.

    Mais là, pas besoin d'avoir peur, franchement!

    Avez-vous déjà gagné au Lotto?

    Non?

    Ben vous ne serez pas foudroyé non plus.


    *****
    J'ai un cœur, moi aussi.

    Comment pensez-vous que je me sens

    Quand j'entends quelqu'un dire:

    «On a eu un été pourri, il a plu tout le temps»?

    Ce n’est pas parce qu'il pleut

    Qu’on ne peut pas avoir un été merveilleux.

    Que fait l'homme quand il fait soleil?

    Il joue au golf.

    Que fait l'homme quand il pleut?

    Il fait l'amour.

    Vous n'allez pas me dire, messieurs,

    Que vous préférez jouer au golf

    Plutôt que faire l'amour à votre femme?

    Et vous, mesdames,

    Vous n'allez pas me dire que vous préférez

    Que votre mari joue au golf

    Plutôt qu'il vous fasse l'amour?

    *****

    Il n'y a rien de plus romantique,

    De plus sensuel que moi.

    Quand on tombe amoureux,

    On dit qu'on a un coup de foudre,

    Pas un coup de soleil.

    Le coup de soleil,

    Ça vous rend rouge comme un homard,

    Puis vous pelez pendant deux semaines.

    Le coup de foudre vous rend heureux et léger.

    *****

    Pourtant, vous chantez le soleil:

    «Soleil! Soleil!»

    Vos grands poètes

    Ecrivent même des odes à la neige:

    «Ah! Que la neige a neigé...»

    «Mon pays, c'est l'hiver.»

    Pour moi? Rien.

    À part une toune de Vilain Pingouin.

    Rien pour remonter un ego.

    Voulez-vous bien me dire ce que je vous ai fait

    Pour que vous aimiez même la neige plus que moi?

    C'est du racisme!

    Après que je suis tombée, vous n'avez rien à faire.

    Vous allez dehors et vous sifflez.

    Pas de pelletage,

    Pas de millions à dépenser

    Pour tout ramasser avec des camions.

    Niet. Votre gazon est plus beau.

    Et l'air sent meilleur.

    Mais pas le moindre merci.

    Pas la moindre poésie.

    *****

    Je suis tannée

    Des petites météorologues qui parlent de moi

    Comme si j'étais la peste ou Ben Laden:

    «On ne vous dira pas ce qui s'en vient

    Pour la fin de semaine!

    C'est effrayant!

    Faut surtout pas que vous soyez fâchés contre moi.

    Je n'y suis pour rien!»

    *****

    On le sait bien, que tu n'y es pour rien.

    Tu n’es pas Zeus!

    T'es juste une jolie fille qui lit des cartons.

    La pluie est un effet spécial

    qu'aucun Stephen Spielberg n'est capable

    de reproduire.

    Au cinéma, parfois,

    Ils font pleuvoir sur un coin de rue,

    Et ça leur coûte un bras! Wow!

    Moi,

    je suis capable de pleuvoir de Londres à Paris!

    Pour pas un cent!

    Profitez-en au lieu de gueuler!

    *****

    Y a juste Gene Kelly qui a compris

    Qu’on peut avoir du fun sous la pluie.

    Si toutes les belles filles se promenaient

    En costume de bain quand il pleut,

    Il y aurait plus de gars sur les terrasses

    Les jours de pluie que les jours de soleil.

    *****

    Quand il mouille,

    C'est le temps de laver votre voiture,

    Ça ne peut pas être plus écologique.

    C'est vrai,

    Vous n'arrêtez pas de dire que l'eau est rare,

    Qu’il faut l'économiser,

    Il y a même des polices pour surveiller

    Ce que le voisin fait avec son tuyau.

    Et quand cette manne vous tombe du ciel,

    Arrose vos jardins,

    Nettoie vos trottoirs, gratis,

    Vous trouvez le moyen de râler.

    *****

    Ça va faire que le monde change ?

    Ben vous allez changer.

    Le virage vert,

    Vous allez le prendre pour de vrai.

    Vous n'arrêtez pas de dire que vous êtes verts

    Et vous déprimez quand il pleut.

    Ce n’est pas logique.

    Qu'est-ce qui rend la planète verte?

    Moi! La pluie!

    Le soleil la rend jaune caca.

    Le réchauffement de la planète,

    Ce ne sera pas ma faute à moi,

    Ça va être la faute du soleil, que vous aimez tant.

    Vous allez disparaître à cause du soleil,

    Pas à cause de la pluie!

    *****

    Avant,

    Vous aimiez les grosses voitures qui polluent,

    Maintenant vous aimez

    Les petites caisses électriques.

    Avant,

    Vous aimiez le soleil,

    Maintenant vous allez aimer la pluie.

     

    *****

    Le beau temps,

    Ça va être moi.

    Le mauvais temps, ça va être lui.

    *****
    Sinon, je m'en vais.

    Ou plutôt, je reste!

     

      

     

     cadre noir

     

     

     

     

     

      

      

     

     

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

     

     

      

    Vous me dites, Monsieur,

     que j'ai mauvaise mine,

     

    Qu'avec cette vie que je mène, je me ruine<

    Que l'on ne gagne rien à trop se prodiguer,

     

    Vous me dites enfin que je suis fatigué

     

    Oui je suis fatigué, Monsieur, et je m'en flatte.


    J'ai tout de fatigué, la voix, le coeur, la rate,


    Je m'endors épuisé, je me réveille las,
    <


    Mais grâce à Dieu, Monsieur, je ne m'en soucie pas


    Ou quand je m'en soucie, je me ridiculise.


    La fatigue souvent n'est qu'une vantardise.


    On n'est jamais aussi fatigué qu'on le croit !


    Et quand cela serait, n'en a-t-on pas le droit ?

      

    Je ne vous parle pas des sombres lassitudes,


    Qu'on a lorsque le corps harassé d'habitude,


    N'a plus pour se mouvoir que de pâles raisons...


    Lorsqu'on a fait de soi son unique horizon...


    Lorsqu’on n’a rien à perdre, à vaincre, ou à défendre...

      


    Elle fait le front lourd, l'oeil morne, le dos rond.


    Et vous donne l'aspect d'un vivant moribond...

    <o:p></o:p>

    Mais se sentir plier sous le poids formidable


    Des vies dont un beau jour on s'est fait responsable,
    <o:p></o:p>


    Savoir qu'on a des joies ou des pleurs dans ses mains,
    <o:p></o:p>


    Savoir qu'on est l'outil, qu'on est le lendemain,
    <o:p></o:p>


    Savoir qu'on est le chef, savoir qu'on est la source,


    Aider une existence à continuer sa course,


    Et pour cela se battre à s'en user le coeur..


    Cette fatigue-là, Monsieur, c'est du bonheur.

      

    Et sûr qu'à chaque pas, à chaque assaut qu'on livre,


    On va aider un être à vivre ou à survivre ;


    Et sûr qu'on est le port et la route et le quai,


    Où prendrait-on le droit d'être trop fatigué ?


    Ceux qui font de leur vie une belle aventure

    ,
    Marquant chaque victoire, en creux, sur la figure,


    Et quand le malheur vient y mettre un creux de plus
    <


    Parmi tant d'autres creux il passe inaperçu

    <o:p></o:p>

    La fatigue, Monsieur, c'est un prix toujours juste,


    C'est le prix d'une journée d'efforts et de luttes.


    C'est le prix d'un labeur, d'un mur ou d'un exploit,


    Non pas le prix qu'on paie, mais celui qu'on reçoit.


    C'est le prix d'un travail, d'une journée remplie,


    C'est la preuve, Monsieur, qu'on marche avec la vie.

      

    Quand je rentre la nuit et que ma maison dort,

     


    J'écoute mes sommeils, et là, je me sens fort ;


    Je me sens tout gonflé de mon humble souffrance,


    Et ma fatigue alors est une récompense.

    Et vous me conseillez d’aller me reposer !

    Mais si j’acceptais là .ce que vous me proposez

    Si j’abandonnais à votre douce intrigue..

     Mais je mourrais, Monsieur .tristement..de fatigue

    Robert Lamoureux   

     

     

     

     

     

     

      

      

     

     

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

     Invitation de la Folie



    La Folie décida d'inviter ses amis pour prendre un café chez elle.

    Tous les invités y allèrent. Après le café la Folie proposa :

    * On joue à cache-cache ?


    * Cache-cache ? C'est quoi, ça ? - demanda la Curiosité.

    * Cache-cache est un jeu. Je compte jusqu'à cent et vous vous cachez.

    * Quand j'ai fini de compter je cherche, et le premier que je trouve

    sera le prochain à compter.

    Tous acceptèrent, sauf la Peur et la Paresse. 1, 2, 3,... -

    la Folie commença à compter.

    L'Empressement se cacha le premier, n'importe où.

    La Timidité, timide comme toujours,

    se cacha dans une touffe d'arbre.

    La Joie courrut au milieu du jardin.

    La Tristesse commença à pleurer,

    car elle ne trouvait pas d'endroit approprié pour se cacher.

    L'Envie accompagna le Triomphe

    et se cacha près de lui derrière un rocher.

    La Folie continuait de compter tandis que ses amis se cachaient.

    Le Désespoir étaient désespéré en voyant que la Folie était déjà à nonante-neuf.

    * CENT ! cria la Folie. Je vais commencer à chercher...

    La première à être trouvée fut la Curiosité,

    car elle n'avait pu s'empêcher de sortir de sa

    cachette pour voir qui serait le premier découvert.

    En regardant sur le côté, la Folie vit le

    Doute au-dessus d'une clôture ne sachant pas de quel côté

    il serait mieux caché.


    Et ainsi de suite, elle découvrit la Joie, la Tristesse, la Timidité...

    Quand ils étaient tous réunis, la Curiosité demanda :

    * Où est l'Amour ?


    Personne ne l'avait vu. La Folie commença à le chercher.


    Elle chercha au-dessus d'une montagne,

    dans les rivières au pied des rochers.

    Mais elle ne trouvait pas l'Amour.

    Cherchant de tous côtés,

    la Folie vit un rosier, pris un bout de bois et commença

    à chercher parmi les branches, lorsque soudain elle entendit un cri.

    C'était l'Amour, qui criait parce qu'une épine lui avait crevé un oeil.

    La Folie ne savait pas quoi faire.


    Elle s'excusa, implora l'Amour pour avoir son pardon et alla

    jusqu'à lui promettre de le suivre pour toujours. L'Amour


    accepta les excuses.

    Aujourd'hui, l'Amour est aveugle et la Folie l'accompagne toujour

      

     

      

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    Une petite clémentine, rentrant tard le soir,


    s'adresse à sa mamandarine.



    Ne dis pas à papamplemousse


    que je suis sortie avec un joli citron


    qui me chantait la pomme.



    Comme j'étais pressée,


    il a eu un zeste déplacé...


    et maintenant j'ai peur


    d'avoir des pépins

    .

    Et parce que elle ananas pour longtemps avec ses pépins,


    faudra qu'elle consulte un avocat

    afin de ne pas passer pour une poire.


    Ils melons dit ! ! !

     

     

    BONNE JOURNÉE!

     

     

     

      

     

     

     

     

     

     

     

      

      

     

     

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

     

     

     

     

     

    Voici un poème écrit par un homme pour son épouse il y a plus de 50 ans.
    Ils nous ont tous les deux quittés depuis et je suis heureuse de le publier chez Maya.
    Ce texte est trop bien pour ne pas être partagé."
    • “ Histoire d’un brin de muguet ”

      Depuis plus de quatre ans que je suis prisonnier.
      Mes jours heureux, sont, quand je reçois du courrier.
      Les lettres sont pourtant presque toujours les mêmes.
      Je suis en bonne santé, te souhaitant de même.
      Puis invariablement pour terminer, toujours.
      Je conserve l’espoir de ton prochain retour.

       

       


      Mais, dans un coin d’une lettre que j’ai reçue.
      Un petit brin de muguet y était cousu.
      Vraiment, c’est enfantin d’envoyer ce muguet.
      Je pourrais en avoir, ici, tout un bouquet.
      Qui ne serait pas fané comme celui-ci !
      Dans les bois allemands, le muguet pousse aussi.
      Et, comme pendant un moment, je restais là.
      Soudain, le petit brin de muguet me parla.
      Excuse, me dit-il, si j’ai triste figure.
      Pourtant, si tu savais, j’étais beau je t’assure.
      Tu as l’air d’en douter, tu ne veux pas me croire ?
      Je vais, pour te convaincre, conter mon histoire.



       

      D’abord, j’ai vu le jour là-bas, très loin d’ici.
      C’est sur le sol français qu’un matin j’ai fleuri.
      A l’ombre des grands bois, au milieu d’autres fleurs.
      J’ai vécu, sans savoir que c’était le bonheur.
      Je buvais, le matin, la rosée bienfaisante.
      Je puisais dans le sol, nourriture abondantes.
      Je voyais, le ciel bleu, la lune ou les nuages.
      Je voyais, le soleil à travers le feuillage.
      C’est lui qui me chauffait de ses rayons ardents.
      Ainsi, rapidement, j’ai pu devenir grand.

       


      Comme il faisait bon, comme tout était beau.
      Nous avions chaque jour, le concert des oiseaux.
      Tu as dû, toi aussi, l’écouter, autrefois.
      N’est-ce pas, qu’il faisait bon vivre dans ces bois ?
      J’aurais dû ne jamais rien désirer de plus.
      Pourtant je subissais l’attrait de l’inconnu.
      Je pensais que peut-être, je serais cueilli.
      Comme porte-bonheur, et j’en étais ravi.

       

       


      Une dame, en passant, devina mon désir.
      S’approchant doucement, elle vint me cueillir.
      Me prenant dans sa main, avec d’autres muguets.
      Nous formions à nous tous, un superbe bouquet.
      Qu’auprès de son visage elle approchait souvent !
      Humant notre parfum tout en nous contemplant.
      Chez elle dans un vase à demi rempli d’eau.
      Pour conserver longtemps ce muguet frais et beau.
      Nous avons parfumé ce qui nous entourait.
      Dans cet appartement coquet, je me plaisais.

       


       

       

      Mais quand, le lendemain, parmi les plus jolis.
      Qu’elle avait mis à part, c’est moi qui fût choisi.
      J’étais heureux et fier d’être le préféré.
      J’entrevoyais, pour moi, l’avenir tout doré.
      Puis au coin de la lettre, où je suis maintenant.
      La dame m’a placé, cousu, soigneusement.
      Avec des gestes tendres, n’osant m’effleurer.
      Tout comme si j’étais une chose sacrée.
      Puis elle contempla ce travail achevé.
      Vérifiant pour que rien ne soit détérioré.
      Alors en se penchant, je m’en souviens toujours.
      Elle me donna pour toi, un doux baiser d’amour.
      En me murmurant, va, toi, qui porte-bonheur.
      Va, donner ce baiser à l’élu de mon cœur.
      Qui, dans les barbelés dont il est entouré.
      Est privé de caresses depuis des années.
      Ainsi dans la lettre pliée, je suis parti.
      Mais, tu peux savoir tout ce que je souffris.
      Depuis ce moment pour arriver jusqu’à toi.

       

       


      Le tampon des postiers m’écrasa maintes fois.
      Je fus aussi jeté, bousculé, rejeté.
      Écrasé sous de lourdes piles de paquets.
      Je suis resté des jours, peut-être des semaines.
      Entassé dans des pièces sombres et malsaines.
      Mon parfum s’échappait par toutes mes blessures.
      Vingt fois, j’ai cru mourir, mais j’avais la vie dure.
      J’ai cru aussi deux fois que j’étais arrivé.
      La lettre, brusquement, se trouva dépliée.
      Mais c’était fait par des personnes étrangères.
      Qui ont lu, et relu, ta lettre toute entière.
      Devant tant d’indiscrétion, j’étais indigné.
      Pourtant je dois te dire que nul ne m’a touché.
      Avec le doux baiser que j’ai reçu chez toi.
      J’ai conservé un reste de parfum pour toi.

       

       


      Mais, tu es impassible. Me suis-je trompé ?
      N’est-ce donc pas à toi, que j’étais adressé ?
      Pourtant, j’en suis certain, là-bas, sur le buffet.
      J’ai vu, ta photo, près du bouquet de muguet.
      Sur ce, le brin de muguet, cessa de parler.
      Et moi, un peu confus, je m’en suis approché.
      C’est vrai, que du parfum s’en exhalait encore.
      Non pas, le doux parfum de fleur qui vient d’éclore.
      Cependant cette odeur m’a quelque peu grisé.
      Le papier de la lettre en était imprégné.
      Et sur mes lèvres, j’ai senti, il m’a semblé.
      Recevoir la caresse de ma bien aimée.
      J’en étais tout ému, je ne puis l’expliquer.
      Aussi c’est bête, voyez-vous, mais j’ai pleuré !

      Pierre Julien

      BONNE JOURNÉE!

       

     

     

     

     

      

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

     

     

      

     

     

     

     

     

    Bétisiers des locataires

    1.Le pot du WC est bloqué.

    Pouvez-vous le réparer d'urgence, car entre-temps nous ne pouvons plus baigner les enfants.


    2.J'aimerais que vous répariez mon four vu qu'il a causé un incendie et que j'ai mon bouton brûlé.


    3.Je vous écris pour vous dire qu'il y a ici une puanteur qui vient de l'occupant de l'appartement voisin.


    4.La lunette du WC est fendue.
    Où dois-je me mettre?


    5.Il est important que vous sachiez que je vous écris sur la moitié de l'évier qui se détache et s'écarte du mur

    .
    6.Je vous demande l'autorisation d'ôter la culotte sous le robinet de cuisine.


    7.Le pot de notre WC est cassé en deux et est maintenant en trois pièces.


    8.Le voisin d'a côté s'est permis de construire une grande érection dans le jardin, elle est non seulement affreuse, mais aussi très dangereuse.


    9.Voulez-vous nous envoyer un ouvrier pour réparer l'allée latérale?
    Hier ma femme s'y est promenée et est maintenant enceinte.


    10.Le pavement de notre cuisine est toujours humide.
    Nous avons deux enfants et en voulons un troisième, aussi je vous prie de vouloir venir faire le nécessaire d'urgence.


    11.Pouvez-vous m'envoyer quelqu'un pour vérifier notre eau?
    Elle à une couleur bizarre et un drôle de goût.


    12.Veuillez m'envoyer un ouvrier pour réparer ma décharge
    Je suis un pensionné de la vieille école et je veux qu'elle aille tout droit.

    13.Je vous prie de vouloir bien envoyer quelqu'un pour réparer le robinet de la baignoire.
    Ma femme à l'orteil cassé et ceci n'est confortable pour personne.


    14.Par la présente je porte plainte contre le fermier de l'autre côté de la rue.
    Chaque matin à 5 h 30, son coq me réveille, et ça commence à bien faire.


    15.Les ouvriers que vous nous avez envoyés ont mis leurs outils dans les nouveaux draps de ma femme et faisant une saleté de tous les diables.


    Veuillez donc envoyer des hommes avec des outils propres pour rendre ma femme contente.

     

      

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire
  •  

     

     

     

    C' est l’histoire d’un petit sapin

    Qui vivait dans la forêt

     

     

     Il était entouré de grands arbres

    Qui sans arrêt se moquaient de lui

    Ils le trouvaient bien laid

     

     

     Quand parfois il soupirait

    "Vous avez un coeur de marbre"

    Les grands arbres s' agitaient

    Et de leurs branches riaient

     

     Un jour il demanda

    Qu' enfin on lui explique

    La raison de ses tracas

     

    Il entendit cela

    "Nous prenons feuilles au printemps,

    Toi tu es plein de piques.

    Puisque tu es différent,

    Tu dois être méchant"

     

    Mais lorsque l' automne s' en vint

    Les feuilles jaunirent

     Ils essayèrent en vain

    De rester souverains

     On vit le petit sapin

    Tranquille ... sans rien dire

    Se dresser près du chemin

    Plus vert chaque matin

     Sous la neige au nouvel an

    On le trouva superbe

     Et s' il en fut bien content

    Il ne changea pas pourtant

     

    Quand vint le mois de mai

    Son ombre était sur l' herbe

    Pas plus grande

    Mais jamais de lui on ne riait

     C' était un petit sapin

     

    Si l' histoire finit bien

    C' est qu' à propos de feuilles

    On peut encore c' est certain

    Accepter son voisin

     On pourrait aussi l' aimer

    A condition qu' on veuille

    Penser qu' on est tous plantés

    Dans la même forêt

      Comme le petit sapin

      

     

     

     

     

     

     

     

     

    Partager cet article :


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires